Les archives de PLACIDE
Faire une recherche par date et/ou mots-clés
Jour Mois Année
Mots-clés 
 5326 dessins en ligne       
Mercredi 14 Avril 2021
St.Ludivine et Maxime
Aubry|DSK|Hollande|Royal|Fabius|Lang|Cohn-Bendit|Joly|Hulot|Mélenchon|Besancenot
Sarkozy|Fillon|Chirac|Besson|Hortefeux|Guéant|Juppé|Villepin|Raffarin|Borloo|Le Pen
Espace professionnel   Contact         
Affaire Karachi: Balladur relaxé, Léotard condamné à 2 ans de prison avec sursis
© PLACIDE - Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur
05 Mars 2021
Affaire Karachi: Balladur relaxé, Léotard condamné à 2 ans de prison avec sursis

La justice "reconnaît enfin mon innocence", a réagi l'ancien Premier ministre, dans un communiqué exprimant sa "satisfaction", après "un quart de siècle de calomnies". Edouard Balladur, aujourd'hui âgé de 91 ans, était absent au délibéré, comme son ancien ministre de la Défense, 78 ans.La Cour de justice de la République - juridiction controversée et seule habilitée à juger des membres du gouvernement pour des infractions commises lors de leur mandat - a estimé que "la preuve" n'était pas "rapportée" de la participation de l'ex-Premier ministre à un système de rétrocommissions illégales versées en marge d'importants contrats d'armement.

L'accusation estimait qu'en outre une partie de l'argent de ces rétrocommissions avait servi à alimenter son compte de campagne. Elle avait requis un an d'emprisonnement avec sursis et 50.000 euros d'amende à l'encontre de M. Balladur pour "complicité" et "recel" d'abus de biens sociaux. Mais la Cour a conclu que l'origine de 10,25 millions de francs ayant abondé le compte du candidat Balladur - "frauduleuse" selon le ministère public - n'avait pu être établie. 

La CJR, composée de trois magistrats professionnels et douze parlementaires, a suivi en revanche en tous points les réquisitions pour condamner François Léotard à deux ans d'emprisonnement avec sursis et 100.000 euros d'amende. Il a été reconnu coupable de "complicité" d'abus de biens sociaux.  Deux entités détenues par l'Etat négociaient la vente de sous-marins et de frégates à l'Arabie saoudite et au Pakistan. Or, selon la Cour, l'ancien ministre de la Défense a "joué un rôle central et moteur" dans l'imposition d'un réseau d'intermédiaires "inutiles" aux commissions "pharaoniques", alors que les contrats d'armement étaient quasiment finalisés.

François Léotard a réagi à sa condamnation en écrivant, dans un communiqué: "J'ai honte pour la justice française et ses dérives dangereuses. Je défendrai toujours la liberté de la décision politique".  Les arrêts de la CJR ne sont pas susceptibles d'appel. Mais M. Léotard a annoncé qu'il se pourvoirait en cassation. Dans le volet non gouvernemental de la même affaire, le tribunal correctionnel de Paris avait infligé en juin 2020 de sévères condamnations à l'encontre de six protagonistes, dont l'homme d'affaires Ziad Takieddine, l'un des intermédiaires, ainsi qu'à l'ancien directeur de cabinet de M. Balladur, Nicolas Bazire. Tous ont fait appel. 

"S'il est établi que M. Balladur a nécessairement eu connaissance des contrats d'armement, (...) il n'est pas démontré qu'il ait adressé une instruction" à son directeur de cabinet, afin d'"approuver les avantages consentis au réseau K", le réseau d'intermédiaires, affirme la CJR dans sa décision.  Pour la Cour, "il apparaît que (l'ex-Premier ministre) était moins au fait de l'activité du réseau K que ne l'ont été tant son directeur de cabinet que le ministre de la Défense".  Selon le ministère public, une portion des "550 millions de francs" (soit "117 millions d'euros") effectivement versés au réseau d'intermédiaires avait alimenté en partie le compte de campagne du candidat Balladur, alors engagé dans une guerre fratricide à droite avec Jacques Chirac. Le dépôt en espèces et sans justificatif de 10,25 millions de francs (1,5 million d'euros) sur le compte du candidat, trois jours après sa défaite au premier tour, était au coeur des accusations. 

Si le compte, que l'ancien locataire de Matignon (1993-95) savait déficitaire, a été "très opportunément" abondé, une "origine frauduleuse" des fonds n'a pu être démontrée, a considéré la Cour.  Le procureur général François Molins avait, lui, fait le "lien" entre cette somme et un retrait similaire en espèces quelques jours plus tôt à Genève par les intermédiaires "inutiles". En réponse, les avocats d'Edouard Balladur avaient fustigé des "théories délirantes". L'ancien Premier ministre avait réaffirmé que les fonds provenaient de dons de militants et de la vente de gadgets aux meetings.  Les soupçons de financement occulte de la campagne Balladur avaient émergé en 2010, au fil de l'enquête sur l'attentat de Karachi commis le 8 mai 2002, qui avait coûté la vie à onze Français travaillant à la construction de sous-marins.

Toujours en cours, l'enquête sur cet attentat a au départ privilégié la piste d'Al-Qaïda, puis exploré celle - non confirmée à ce jour - de représailles pakistanaises après l'arrêt du versement des commissions, une fois Jacques Chirac élu président. Edouard Balladur a déclaré après sa relaxe: "Il est en tout cas établi que cette affaire est sans lien avec l'attentat de Karachi".

  633 résultats
Commander ce dessin
<<   1   2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  >>

Affaire Karachi: Balladur relaxé, Léotard condamné à 2 ans de prison avec sursis
05 Mars 2021
Sarkozy condamné à un an ferme fait appel
02 Mars 2021
L'ancien président Valéry Giscard d'Estaing est mort des suites du Covid
03 Décembre 2020
Macron met la pression sur Philippe pour la réforme des retraites
01 Janvier 2020
Giscard aux obsèques de Chirac savoure sa longévité
01 Octobre 2019
Chirac entre en résistance
28 Septembre 2019
Hommage à Jacques Chirac: Cérémonies solennelles à Paris
27 Septembre 2019
Delevoye et Djebbari, font leur rentrée au gouvernement
05 Septembre 2019
Sarkozy sort son dernier livre :
27 Juin 2019
Delevoye veut qu'on puisse partir à la retraite à 62 ans
08 Avril 2019
Macron se mobilise pour les élections européennes
06 Mars 2019
Avant la Coupe du Monde 2018, l'équipe de France accueille Emmanuel et Brigitte Macron
06 Juin 2018
LES DOSSIERS DE PLACIDE

GAI, GAI, MARIONS-LES!

LE MENSONGE CAHUZAC

DE GANDRANGE A FLORANGE

L'UMP EN FOLIE

MON PREMIER MINISTRE, CE AYRAULT !

LE PRÉSIDENT NORMAL

Citizen Kahn

En route pour l'Élysée 2012

Un petit coup de ROM et ça repart !

L'affaire BETTENCOURT

Vous avez appelé la POLICE, ne quittez pas!

Identité Nationale et Laïcité

A votre SANTÉ

Vivement la RETRAITE

Ainsi soient-ils!

La révolution ARABE

Les nouveaux Fachos

LES SOCIALOS

PRESIDENTIELLES  2007

JACQUES ET BERNADETTE

SARKO ET TOUS SES AMIS

Economie et finances

LE MEILLEUR D'ENTRE NOUS

LES AFFAIRES REPRENNENT...

Best of Fillon

Yes, they can!

L'EUROPE, L'EUROPE, L'EUROPE

La vie romantique de Galouzeau

La misère en France

POLITIC PEOPLE

ALLO LA TERRE

josé bové

SARKOZY, l'intégrale

La passion Ségolène

CARLITA et moi

CHEF D'OEUVRES POLITIQUES EN PERIL

ELLE BRULE, ELLE BRULE, LA BANLIEUE

Souvenirs de  RAFFARIN

Au revoir, au revoir, Président

BAGDAD CAFE

LA CASE DE L'ONCLE GEORGE

Les régionales de 2004

Le petit musée chiraquien

SPECIAL REFERENDUM CONSTITUTION EUROPEENNE

SOCIALEMENT INCORRECT
Tous les dessins de ce site sont protégés par le code de la propriété intellectuelle du 01/07/92.
Toute reproduction ou distribution totale ou partielle de son contenu sans autorisation est illicite et expose le contrevenant à des poursuites judiciaires.
Crédits -- conception graphique : Placide -- création du site Internet
leplacide.com est un site partenaire du collectif www.bellaciao.org